Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:06
Région PACA : 40 propositions pour l'emploi et la formation

Dynamiser l’économie, c’est pour mieux vivre !

L’emploi et le développement économique sont la première préoccupation des Français, dans un contexte de paralysie de l’économie et perte de confiance. Sommes-nous condamnés à l’inaction et au chômage de masse en attendant que le retour de la croissance nous sauve ?
Notre Région est trop souvent un « lieu de passage » pour des marchandises et des voyageurs, un territoire où les pouvoirs de décision économiques sont ailleurs (sièges sociaux, actionnaires…), où l’épargne est plus investie dans la rente immobilière (mais pas le logement social !) que dans le développement économique.
Dans notre Région, le taux de chômage est structurellement supérieur à la moyenne nationale, de 1 à 2 points. Il s’élevait à 11,5% au 2ème trimestre 2015, soit 325 000 demandeurs d’emploi de catégorie A. Plus de 120 000 demandeurs d’emploi habitent la Métropole Aix-Marseille, qui représente 37% de la population régionale (1,8 Million d’habitants). En positif, notre Région a relativement bien résisté à la crise financière et qui a secoué la France au début des années 2010, alors que d’autres Régions, plus industrialisées, ont été secouées de plein fouet.
Outre le contexte économique national, les facteurs locaux du chômage sont multiples et entremêlés :

  • Problèmes structurels de logements et de transports ;
  • Accès insuffisant à l’éducation et à la formation : A Marseille, seuls 65% des jeunes de 19-24 ans sont scolarisés (pauvreté, décrochage scolaire). Dans les autres grandes villes universitaires, ce taux est de 75-80%
  • Décalage entre les emplois créés et les demandeurs d’emplois locaux
  • Tissu économique trop polarisé entre une masse de très petites entreprises d’un côté (petit commerce, tourisme, hôtellerie-restauration, autoentrepreneurs…) et de grosses entreprises de l’autre (Onet, Eurocopter, Arcelor, le CEA, SNCF, EDF, Hôpitaux, Sécurité sociale, fonction publique territoriale et d’Etat) : Il manque des Entreprises de Taille Intermédiaire, moins fragiles que les très petites entreprises et capables de créer des emplois plus qualifiés (cadres et techniciens) ;

Dans ce tableau, rappelons cependant que de nombreux secteurs sont dynamiques et créateurs d’emplois. Ils sont d’ailleurs accompagnés par la Région qui a pour compétence de financer la recherche, l’innovation et d’accompagner les petites entreprises en développement : Tourisme, Santé et Bien-être, Aéronautique, Agro-alimentaire, Numérique, Télécoms.
Avec ses moyens limités, une Région ne peut pas agir à la place de l’Etat et reste tributaire des politiques nationales et européennes. Cependant, elle doit prendre sa part, d’autant plus que sa compétence économique va se renforcer, ainsi que sa capacité à mieux coordonner ses politiques de formation, avec celles de l’Etat (dont Pôle Emploi).

Elle peut agir :

  • Du côté des demandeurs d’emploi : Compétence formation professionnelle, apprentissage, Missions locales et accompagnement des jeunes ;
  • Du côté de l’offre d’emploi : Marchés publics, aides aux entreprises, à l’Innovation et à la Recherche.

Elle doit surtout savoir fédérer les autres acteurs institutionnels, économiques, sociaux, pour créer une mobilisation en faveur de l’emploi. La création des deux Métropoles Nice, et Aix-Marseille a été très contestée. Il reste à se mobiliser pour que la Région parvienne, dans un climat politique difficile et conflictuel, à mener des politiques concertées sur ces bassins de vie et de travail essentiels pour notre Région. En dehors des métropoles, le rôle de la Région est structurant pour lutter contre le sentiment d’abandon, pour accompagner l’emploi local dans les zones rurales et péri-urbaines.

Plus de transparence et de lisibilité dans l’accès à la formation et à l’emploi

1/ Définir des Plans Régionaux pour l’Alternance, dans les filières porteuses déterminées par la Région en concertation avec les organismes collecteurs, les partenaires sociaux, et sans opposer apprentissage et formations technologiques et professionnelles.
2/ Créer un réseau régional du « Compte Personnel Formation », incluant la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) : lieux d’accueils, catalogue de formations adéquates. La Région s’appuiera pour cela sur l’expérience des centres de ressources régionaux existants : CARIF Espaces compétences, Observatoire Régional des Métiers.
3/ Réaliser l’Université Régionale de Métiers prévue à Marseille, à côté des Docks des Sud (rentrée 2019)
4/ Un portail régional des Offres d’emploi dans les activités soutenues par la région, incluant une Bourse d’emplois (recensement des offres) dans l’économie sociale et solidaire
5/ Une Délégation à l’emploi des jeunes : Animation des Missions locales, des dispositifs de parrainage, des Espaces Territoriaux d’Accès aux Premiers Savoirs (ETAPS) et autres dispositifs de la « deuxième chance », actions de lutte contre les discriminations… Suivi des objectifs et renforcement de leurs moyens par un élu et un service dédié.
6/ Des projets entre les Grandes Ecoles de la Région et les jeunes des quartiers populaires : Ex. Le projet SIMPLOnMars (« Apprendre à coder ») porté par l’Ecole Centrale de Marseille.

 

Aider les métiers de tous les jours

Les politiques économiques de la Région sont fortement concentrées sur l’innovation, ce qui répond à la nécessité d’anticiper l’avenir. Cependant, les besoins d’emplois les plus présents sur notre territoire sont dans l’économie tertiaire et résidentielle classique : employés dans l’hôtellerie, la restauration et l’administration, vendeurs, aides à domicile, infirmiers et aides-soignants, conducteurs de véhicules…
La Région doit accompagner l’accès et la montée en qualification dans ces métiers par sa double compétence Economie/Formation, comme elle l’a fait sur les services à la personne, grâce aux actions du Pôle Services à la Personne et au fonds de formation IRIS Services à la Personne.
Elle doit aussi mettre mieux rendre visible les aides à la création et à l’accompagnement de la petite entreprise, qui est souvent un petit commerce.
7/ Créer de nouveaux Fonds « IRIS » Formation, dans le commerce et le tourisme par exemple
8/ Un guichet unique de la Très Petite Entreprise : Mieux mettre en réseau les différents dispositifs existants (Plateforme d’Initiatives Locales, Micro-crédit, Boutiques de gestion…)
9/ Des plateformes d’artisans locaux, labellisées par une Charte Qualité régionale
10/ Chèques-export pour les PME, adossés à l’action des Pôles Régionaux d’Innovation et de Développement Economique Solidaire (PRIDES)

Promouvoir de nouvelles filières d’avenir et des mutations industrielles sans dégâts sociaux

Les emplois dans les services, les transports, le bâtiment, sont réputés induits par le dynamisme de l’économie productive : industrie, agriculture/agro-alimentaire, santé, énergie, qui crée beaucoup de valeur ajoutée et recourt à beaucoup de prestataires.
Cette économie productive est au cœur de la transition énergétique et des mutations industrielles.
11/ Soutenir les grands programmes structurants de la transition énergétique, inscrits notamment au Contrat de Plan Etat-Région : Eolien flottant, plateforme PIICTO, filière ballons dirigeables, Cité des énergies, Photovoltaïque innovant, Réseaux électriques intelligents…
12/ Définir une stratégie régionale d’investissement pour les Fonds régionaux qui soutiennent les PME innovantes (PACA Investissement, PACA Emergence) : Notion d’investisseur patient, critères éthiques et bonification RSE, pas de cession à un Grand Groupe
13/ Utiliser les fonds européens pour abonder les ressources des fonds d’investissement et financer les grands projets structurants
14/ Soutenir l’émergence de filières industrielles locales et en circuit court, respectueuses des ressources naturelles employées : Filière bois-construction, plantes aromatiques, chanvre, paille de riz, garance…
15/ 100 000 formations prioritaires pour l’emploi et les transitions écologiques et énergétiques : Plan voté en 2014, essentiellement dans le domaine du bâtiment, et qu’il faut appliquer, avec un budget de 8,5 M€.
16/ Soutenir l’Eco-Campus Méditerranée de Sainte-Tulle, centre de formation dédié aux énergies décarbonées dont… la maintenance mais aussi le démantèlement du nucléaire.

Promouvoir de nouveaux modèles économiques durables et responsables

Dans une Région-Coopérative, l’économie est riche de ses entrepreneurs mais aussi des salariés, des jeunes, des chercheurs, des créateurs. Le chômage ne reculera jamais si les pouvoirs publics se contentent d’attendre le retour d’une hypothétique croissance à deux chiffres, qui reproduirait les modèles anciens.
La Région-Coopérative fera la promotion des modèles économiques durables et locaux, sociaux et solidaires, coopératifs, collaboratifs et innovants. Elle soutiendra les industries de la transition énergétique et du numérique, sobres en énergie et en déchets, ancrées sur leur territoire. Elle contribuera à développer une économie moins productiviste, moins lourde en capital investi, en matières premières et en énergie consommée, mais plus riche en emplois créés.

17/ Labelliser et soutenir un réseau de lieux innovants (« Tiers-Lieux »), ouverts aux créateurs d’entreprises, aux citoyens, sur tout le territoire régional : espaces publics numériques (EPN), fablabs, espaces de coworking…Ex. La Ruche ou la Boate à Marseille

Vers une Région « Zéro Déchet » :

18/ 30 M€ pour l’économie circulaire : Somme inscrite au Contrat de Plan Etat Région 2015-2020
19/ Une filière de démantèlement des vieux navires : Des sites et projets sont identifiés, dans le Var et dans les Bouches du Rhône (Port-de-Bouc)
20/ Une filière de recyclage des déchets électroniques : Ex. La Région accompagne déjà l’entreprise D3E PACA à Bouc-Bel Air (13), qui développe l’emploi dans ce domaine.
21/ Identifier une usine de valorisation des déchets du BTP
22/ Poursuite du soutien au réseau régional des ressourceries

Agriculture :

23/ Maintien des aides à l’agriculture biologique
24/ Cadre d’intervention pour la sauvegarde du foncier agricole
25/ Soutien aux espaces-test agricoles

Economie Sociale et Solidaire :

26/ Un budget minimal de 20 M€ / an pour l’économie sociale et solidaire : aides directes aux structures (dont les chantiers et entreprises d’insertion) et aux structures d’accompagnement et de financement.
27/ Soutenir les SCOP : Assurer un budget annuel de 3 M€ au fonds de capital-risque PARGEST de l’Union Régionale des Sociétés Coopératives (URSCOP). Ce niveau d’intervention des années 2013 à 2015 permet de soutenir une trentaine de Scop, de créer ou consolider plusieurs centaines d’emplois par an. Il n’est pas assuré d’être maintenu au-delà de l’année 2015.
28/ Soutenir les SCOP : 5000 € par salarié qui participe à une reprise d’activité en SCOP.
29/ Des Pôles Territoriaux de Coopération Economique : Eco-construction dans les Hautes-Alpes, gestion des déchets dans les Alpilles, Ocres dans le Luberon, réseau de Boulangeries solidaires (projet Bou Sol). Ces projets sont parfois portés par des SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif).

Economie responsable (RSE)

30/ Animer la plateforme régionale RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) : Vers un véritable réseau d’entreprises responsables en PACA. Celles-ci pourraient avoir un accès bonifié aux aides de la Région, par exemple. Encourager les entrepreneurs a créer des emplois d’insertion.
31/ Sélectionner 25 entreprises par an engagées dans un parcours d’économie responsable : Subvention de 50 000 € et accompagnement de 3 ans par des experts, à destination de petites entreprises qui ont un projet de développement et de créations d’emplois, prêtes à s’engager dans un parcours RSE (Dispositif CEDRE 2.0 voté en fin de cette mandature).

Une Région bouclier social

Un taux de chômage est un solde entre des emplois créés et des emplois détruits. Si la Région est active sur des secteurs innovants, elle n’est pas responsable de certains dégâts économiques créés, par exemple par des vagues de licenciements dans les entreprises : Exemples récents : la SNCM, Lyondell Basell…
Nexcis, Fralib, Moulins Maurel, Nice-Matin, SNCM…autant d’exemples qui attestent que la Région peut faire preuve de volontarisme politique en termes d’emploi, en recevant et écoutant les salariés, en cherchant des solutions.
32/ Une ligne budgétaire dédiée aux entreprises en difficulté ou en reprise d’activité, dotée de 4 M€ /an, pour permettre de répondre à des cas d’urgence. Ex. Nice-Matin et autres interventions décidées au cas par cas aujourd’hui.
33/ Pas de subventions aux Grands Groupes (critère généralement déjà appliqué)
34/ Remboursement des aides en cas de non-respect des critères définis par la collectivité, avec l’appui de la Commission de contrôle des fonds publics
35/ Une Conférence annuelle du Dialogue social régional, pour partager des diagnostics et des objectifs sur l’emploi, la formation, les conditions de travail, l’accessibilité aux personnes handicapées. Cette conférence s’appuiera sur les travaux du CREFOP

Une Région elle-même employeur responsable

36/ Défense des emplois publics, créés par la Région directement ou soutenus par les interventions régionales. Evaluer précisément les emplois induits par les politiques régionales et tenir compte de ce critère emploi dans les choix budgétaires.
37/ Maintien du niveau d’investissements publics de la Région

Drainer l’épargne et le pouvoir d’achat local vers l’économie locale

38/ Un emprunt sur Livret régional pour financer des infrastructures décidées avec la population (ex. des lycées)
39/ Soutien au micro-crédit et aux Coopératives de finance solidaire comme la Nef. Soutenir l’épargne citoyenne (Cigales), par 1€ de la Région si 1€ investi
40/ Aide à la diffusion des monnaies locales et complémentaires

La région a tous les atouts pour devenir une région prospère !

Partager cet article

Repost 0
Published by pcf nice nord - dans Région PACA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : pcf nice nord
  • pcf nice nord
  • : L'action du pcf dans les quartiers du centre et du nord de Nice, les réactions du parti communiste à l'actualité, aux mauvais coups du duo Estrosi Ciotti. Ce blog nous sert également à exprimer notre solidarité avec les progressistes du monde entier et en particulier avec ceux du bassin méditerranéen de la palestine occupée au portugal en passant par le maghreb et l'italie, notre proche voisine.
  • Contact

Rendez vous

Avenir du Ray : Réunion publique avec les élus communistes Mercredi 2 Octobre de 18h à 20h CAL Gorbella - 65 bd Gorbella 06100 Nice

Recherche

Catégories