Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 18:58

Pour la première fois, le Sénat a pris en ligne de compte une proposition de loi du Vlaams Belang en faveur de l’amnistie. De nombreuses personnalités au Nord comme au Sud ont immédiatement exprimé leur indignation après la décision du Sénat de prendre en considération la proposition de loi d’amnistie des collaborateurs condamnés durant la Seconde Guerre mondiale.

naziposter181.jpg« Nous exigeons une amnistie générale et inconditionnelle pour toutes les victimes de la répression de la Seconde Guerre mondiale. » Générale et inconditionnelle. Pour tous. Cela figurait dans les principes fondamentaux du Vlaams Blok. Aussi, cette dernière décennie, est-ce avec la régularité d’une horloge que le parti d’extrême droite a introduit des propositions de loi afin de rendre possible cette amnistie. Il ne s’agit pas de réconciliation ou de pardon, il s’agit d’amnistie dans le sens strict du terme : la suppression rétroactive de la culpabilité et de l’amende. Donc, m pas seulement de la sanction, mais aussi de la culpabilité dans la participation active à l’un des régimes les plus meurtriers de l’histoire. 120 000 Belges ont été déportés en Allemagne pour y faire du travail forcé. 65 000 Belges, dont un très grand nombre de juifs, de communistes et de syndicalistes, ont été enfermés dans des camps de concentration. Plus de 41 000 d’entre eux n’ont pas survécu aux camps.


Les familles des victimes du nazisme, les anciens combattants, les résistants, les partisans et les démocrates ont toujours refusé cette amnistie. D’une réhabilitation du nazisme, il ne peut être question, et la chose ne requiert pas un débat. Aussi, les propositions de loi du Vlaams Belang, comme le projet de loi Verrecyken qui a été introduit au Sénat le 19 janvier 2004, n’ont-elles jamais été prises en considération. 

 

Les voix du SP.A ( Parti Socialiste Flamand) décisives

Mais, le 12 mai 2011, au beau milieu de la crise politique qui paralyse notre pays, cette attitude change. Pour la première fois dans l’histoire, le Sénat prend en considération une proposition de loi du Vlaams Belang en faveur de l’amnistie. La proposition de loi appelle à « effacer toutes les conséquences des condamnations pour des actes d’incivisme “ supposés ” commis durant la Seconde Guerre mondiale ». En outre, le Vlaams Belang d’extrême droite veut « créer une commission chargée de dédommager les personnes touchées par la répression de l’après-guerre, ou leurs descendants ». 

 

Pourquoi le sp.a rend-il ce débat possible aujourd’hui précisément ? Avec 30 voix pour et 26 voix contre, ce sont surtout les 4 voix du sp.a qui emportent la décision. Jusqu’alors, le sp.a avait toujours voté contre. Même en janvier dernier encore, quand la proposition avait été rejetée à la Chambre. Mais, selon ses propres dires, le chef de fraction Johan Vande Lanotte a accordé « la liberté de vote » aux sénateurs du sp.a. Selon le parti même, les quatre sénateurs ont « décidé individuellement de rendre la proposition de loi ouverte à la discussion ». Le sp.a annonce toutefois qu’il la rejettera finalement, mais la question reste de savoir pourquoi on en rend la discussion possible aujourd’hui précisément et pourquoi, ce faisant, on remet encore un peu d’huile sur le feu du communautaire. Au Sénat, Bert Anciaux déclare : « Nous votons pour la prise en considération, parce que nous estimons que, dans un Parlement, tout débat doit pouvoir être mené. »

 

Le Vlaams Belang satisfait, évidemment

Les revanchards du Vlaams Belang boivent naturellement du petit lait. Immédiatement, Bart Laeremans a déclaré au Sénat : « Je ne suis pas fâché des interventions passées. Cela nous donne en effet l’occasion de mettre un peu les points sur les i. 66 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il nous semble plus que temps que le débat puisse être mené de façon sereine à propos des séquelles de la répression, car il y a toujours des gens qui en portent des conséquences lourdes et non méritées. » Les points sur les i, cela signifie que la sanction appliquée à une poignée de fanatiques extrémistes n’ayant jamais exprimé le moindre regret est déclarée « non méritée ».

 

L’idéologie de la justification de la collaboration avec l’occupant nazi découle également du titre : « Des faits supposés d’incivisme. » Comment ça, des « faits supposés » ? Les faits ayant abouti à toute sanction de la part des tribunaux ont été examinés et prouvés. 66 ans plus tard, les revanchards veulent à nouveau nier ces faits, les minimiser ou, même, les encenser. C’est ce qu’a toujours voulu le fondateur du Vlaams Blok, Karel Dillen : « Les nazis d’hier doivent être acquittés afin de blanchir les nazis d’aujourd’hui. »

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : pcf nice nord
  • pcf nice nord
  • : L'action du pcf dans les quartiers du centre et du nord de Nice, les réactions du parti communiste à l'actualité, aux mauvais coups du duo Estrosi Ciotti. Ce blog nous sert également à exprimer notre solidarité avec les progressistes du monde entier et en particulier avec ceux du bassin méditerranéen de la palestine occupée au portugal en passant par le maghreb et l'italie, notre proche voisine.
  • Contact

Rendez vous

Avenir du Ray : Réunion publique avec les élus communistes Mercredi 2 Octobre de 18h à 20h CAL Gorbella - 65 bd Gorbella 06100 Nice

Recherche

Catégories