Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 17:52

daunis.jpgDepuis plusieurs semaines, les militants communistes mulitplient les rencontres avec les salariés pour expliquer les dangers du projet de loi sur l'ANI ( Accord National Interprofessionnel).

Suite à ces rencontres, une demnde d'audience a été faite à M. Marc Daunis, sénateur-maire de Valbonne pour débattre de ce sujet avec lui avant l'ouverture de la session à ce sujet au Sénat.

Dès le lundi matin, je sollicite sa directrice de cabinet pour savoir si l'on allait être reçu en proposant même une conversation téléphonique avant qu'il parte pour le Sénat.

 

Le sénateur Marc Daunis reste silencieux....  Devrons-nous attendre son vote au Sénat pour savoir ce qu'il pense de l'ANI ???

Nous regrettons ce silence et cette absence de volonté de dialoguer avec des militants politiques de gauche qui souhaitent simplement porter les droits de salariés,l'interdiction des licenciements boursiers, le droit de préemption pour les salariés avec la possibilité de reprise d'une entreprise viable.

 

Non, le Medef ne doit pas faire la loi et les sénateurs communistes le diront clairement au Sénat dans les jours à venir. La gauche ne doit en aucun cas renoncer au droit des salariés !

 

 

Cécile DUMAS

secrétaire départementale du PCF06

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 11:22

L’écart significatif entre le revenu médian des azuréens âgés de plus de 60 ans et les tarifs pratiqués par les maisons de retraite n’est pas nouveau dans un département où le secteur privé à but lucratif représente plus de 65 % de l’équipement collectif départemental en nombre d’établissements quand au plan national, la représentation moyenne du secteur privé n’est que de 23 %. Cette situation entraîne des « reste à charge » insupportables pour les familles, le revenu médian des plus de 60 ans dans le département se situant à 1240 € bien loin des tarifs mensuels moyens pratiqués par les établissements privés !


Ce sont déjà ces raisons qui avaient motivé notre vote défavorable lors de la présentation du Schéma Gérontologique départemental en 2005. Nous avions dit que la mesure imposant au secteur privé une obligation de réserver 20 % (passée depuis 2011 à 25%) de la capacité totale à des lits habilités à l’aide sociale n’était pas de nature à répondre aux besoins existants en la matière. Les chiffres présentés en octobre 2011 lors du débat sur le nouveau Schéma Gérontologique départemental nous ont donné raison, justifiant un nouveau vote défavorable de notre part.

 

 

LogoCG06Car si à l’époque, les structures privées représentaient 60 % de l’ensemble, elles se situent aujourd’hui à 59 % ce qui ne constitue pas vraiment un bouleversement. Quant aux lits habilités à l’aide sociale dans le secteur privé, ils représentent 9,4 % du total, bien 1oin donc des objectifs affichés et des chiffres avancés par le Président du Conseil Général dans la double page de Nice-Matin de ce jour. Car ces données montrent bien que l’essentiel des créations, comme nous l’avions dénoncé, a bénéficié au secteur privé et n’a donc fait que creuser l’écart entre les capacités d’hébergement et le niveau des revenus des personnes souhaitant y accéder. Quant aux créations, entre l’autorisation de 2 308 lits et leur mise en service il y a un gouffre que les chiffres ne sauraient masquer. Le rapport alors présenté indiquait que depuis 2005, 638 lits nouveaux étaient ouverts, soit à peine 27,6 % du total des créations annoncées ! Voilà qui nous situe bien loin de « l’effort social » évoqués par le Président du Conseil Général, dans un département où la population de plus de 60 ans est nettement supérieure à la moyenne nationale.

 

 

En conséquence, comment ne pas être stupéfaits voir Éric CIOTTI en appeler aux « responsabilités gouvernementales » en matière d’élargissement de l’offre et estimer que le « blocage des tarifs des maisons de retraite est contre-productif » lorsqu’il sait pertinemment, nous le lui avons rappelé en octobre 2011 et en avril 2012, que la question majeure du manque de moyens dont souffrent les EPHAD, notamment publics, renvoie à la question d’un tarif dépendance qui ne prend pas en compte la réalité humaine et sanitaire. Une situation aggravée par la diminution de la part soins par l’Agence Régionale de Santé et les problèmes soulevés par l’incidence du dispositif de convergence tarifaire sans parler du dispositif d’"harmonisation du codage pathos". Conséquences directes de la loi “Hôpital, Patients, Santé, Territoires” (HPST) qu’il a votée et dont il a pourtant largement vanté les prétendus « avantages ». S’ajoute à cela un nouveau règlement financier du Conseil Général obligeant les établissements d’accueil à faire l’avance pour le Conseil Général des sommes dues au titre des frais d’hébergement dans le cadre de l’aide sociale, transformant de facto les EPHAD en banquiers du Conseil Général.

 

 

Nous persistons à dire, comme nous l’avons toujours fait à la différence du Président du Conseil Général, qu’une question aussi essentielle que la promotion de l’autonomie et la prise en charge de la dépendance relève en premier lieu de la solidarité nationale. Mais que pour répondre à cet enjeu, ce n’est pas tant la multiplication de ratios de toutes sortes inspirées en premier lieu par des considérations financières que nos aînés attendent, ni des annonces trompeuses à mille lieues de la réalité qu’ils subissent, c’est une politique publique ambitieuse qui se donne les moyens à long terme d’une prise en charge de qualité leur permettant de poursuivre leur vie dans la dignité et le respect.

 

 

Pour le groupe communiste au Conseil Général

 

 

Noël ALBIN

Conseiller Général

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 11:49

Près d'une centaine de communistes auront participé au travaux du 42è congrès départemental des communistes des Alpes-Maritimes. Des travaux marqués par une large approbation du texte du congrès - avec ses amendements- (89% des exprimés), un débat sur les statuts comme les communistes en ont le secret, à la fois vif et très fraternel.

P1010225.JPG


Enfin une direction renouvellée,  qui a été adoptée à l'unanimité (moins 1 bulletin nul). Une direction départementale avec   44 camarades dont 16 nouveaux où nous trouvons 6 nouveaux adhérents de l'année 2012.

Cécile Dumas a été réélue secrétaire départementale .

P1010240.JPGP1010243.JPG

Repost 0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 13:46

pcf_pays_grassois.jpg

 

Déclaration de la section du Pays Grassois du Parti Communiste Français

 

Les communes sont depuis la Révolution de 1789 des foyers de démocratie locale.Dans notre pays, elles disposent de compétences larges avec de multiples services publics de proximité.

Pour le Parti Communiste et ses élus, ces droits fondamentaux et ces services sont essentiels.

Les intercommunalités ne peuvent être construites que dans le respect de la volonté des populations et des libertés communales.

En 1971 déjà, le PCF avait alerté contre la « loi Marcellin » qui visait à la fusion autoritaire des communes.

La mobilisation à laquelle prirent part citoyens et élus de tous bords permit de mettre en échec cette loi.

En 1999, députés et sénateurs communistes ont été les seuls à voter contre la « loi Chevènement » qui instituait les Communautés d’Agglomération avec obligation de transferts de compétences essentielles et sans obligation de représentation des oppositions au sein des conseils communautaires.

Aujourd’hui, le gouvernement PS-Europe Ecologie poursuit la réforme engagée par MM. Sarkozy et Fillon en 2010.

Pire, l’avant-projet de loi sur « la décentralisation et réforme de l’action publique » aggrave la dépossession des élus municipaux puisqu’elle attribue aux Communautés d’Agglomération les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU).

Demain, du fait du nombre de sièges dont disposerait chaque commune, les règlements d’utilisation des sols et l’implantation des constructions aussi bien de Mouans-sartoux, de la Roquette, que de Peymeinade, St Vallier ou Briançonnet,… seraient de fait entre les mains du maire de Grasse !

On veut forcer à des regroupements communaux sans réflexion préalable, sans états des lieux, sans audits financiers, et sans tenir compte de la volonté des citoyens ni de leurs élus.

Dans le pays grassois, MM LeleuxGueguen et Ciotti ont concocté la fusion des Communautés de Communes de Terres de Siagne et des Monts d’Azur sans l’assentiment des populations ni de leurs élus.

Il ne s’agit plus d’un « mariage forcé », mais d’un viol de la démocratie qui ignore les réalités.

 

Les Communautés de Communes de Terres de Siagne et des Monts d’Azur ont des compétences et des services à la population que n’a pas et ne peut  pas avoir la Communauté d’Agglomération Pôle Azur Provence :

les services :

  • « petites enfances » avec crèches, haltes garderies,
  • L’Aide à Domicile pour les personnes âgées,
  • l’accueil périscolaire et les centres de loisirs,
  • les services de la Jeunesse et des Sports,
  • la gestion des déchets (pour les Monts d’Azur),
  • l’Eau : Régie Publique du Canal Belletrud (pour Terres de Siagne).

 

Que deviendraient les personnels de ces communautés de communes en cas d’intégration dans la Communauté d’Agglomération Pôle Azur Provence qui n’a pas ces compétences ?

Le Pays Grassois est une entité historique et humaine qui va bien au-delà du périmètre de ces trois intercommunalités (CAPAP, CC de Terres de Siagne, CC des Monts d’Azur).

Opposés à toute démarche de supracommunalité, le Parti Communiste et ses élus se prononcent pour le respect des libertés communales et de la volonté des élus communaux.

Ils appellent à se mobiliser contre les choix antidémocratiques et dangereux de MM Leleux, Gueguen et Ciotti.

L’intercommunalité ne peut être que volontaire, décidée ensemble, autour de projets communs et dans l’intérêt des populations.

 

 

Ange Mercado

 Secrétaire de la section du Pays Grassois du PCF

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 13:40

Le verdict des patrons de Texas Instrument vient de tomber suite au comité d’entreprise extraordinaire : suppression de 517 emplois sur 541 et fermeture du site de Villeneuve-Loubet.

Il est intolérable de rayer 40 ans d’activité de cette entreprise sur Sophia-Antipolis avec aussi peu d’égard pour les salariés et leur savoir-faire. Hier en conseil communautaire de la CASA, une motion a été votée à l’unanimité pour dire clairement que tous les élus refusaient la fermeture « sèche » du site de Texas Instrument.

Malheureusement le constat est terrible, les patrons de ces grands groupes méprisent totalement les investissements publics dont ils ont pu bénéficier, méprisent considérablement le savoir-faire des salariés qui a participé à leur enrichissement. C’est intolérable !

Le gouvernement Ayrault doit tout de suite prendre ce dossier en main et ne pas laisser encore une fois 517 emplois et autant de savoir-faire disparaître. Comment accepter qu’une entreprise comme Texas Instrument bénéficie des crédits d’impôts du « pacte de compétitivité » du gouvernement et décide de fermer le site de Villeneuve-Loubet.

Nous appelons aussi le gouvernement à considérer l’urgence du vote d’une loi sur l’interdiction des licenciements boursiers.

 


Cécile DUMAS

Secrétaire départementale du PCF06

Conseillère communautaire à la CASA

Logo_pcf_4N.jpg
Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 13:31

L’annonce brutale par la Direction de Texas Instruments de la suppression de la quasi-totalité des emplois existants à Villeneuve-Loubet avec la disparition programmée du site est d’abord un coup cruel pour tous les salariés qui se retrouvent en cette fin d’année confrontés à une sombre échéance. Nous tenons en premier lieu à les assurer de notre plus grande solidarité. C’est aussi un coup dur pour l’économie azuréenne avec l’impact que ne manquera pas d’avoir une telle disparition sur le tissu économique local. Mais cette décision n’est que la triste illustration de la logique impitoyable d’un capitalisme pour qui, seul le maintien du taux de profit le plus élevé compte, quitte à sacrifier pour cela des salariés et des territoires.

Car la raison avancée par la direction multinationale de ce grand groupe pour justifier cette annonce, « des erreurs stratégiques commises par la direction américaine », n’en apparaît que plus cynique, car non seulement elle fait payer aux salariés des choix dont ils n’ont jamais eu la maîtrise mais elle accrédite l’idée d’une fatalité dans ce processus ne laissant aucune hypothèse de reprise d’activité sur le site. Pourtant le savoir-faire et les compétences des salariés de Villeneuve-Loubet ne se sont pas soudainement évanouis qu’ils ne laissent d’autre perspective que la disparition du site.

ti logo

Mais à Dallas, siège de la Présidence du groupe, on n’en a que faire, seule la recherche du taux de profit le plus haut compte, au mépris notamment des fonds publics considérables octroyés à ce groupe depuis des années. Nous étions déjà intervenus lors des attaques précédentes contre le site, en interpellant le député-maire de Nice, Ministre de l’Industrie en 2009, comptant qui plus est comme adjoint le Directeur Général France de Texas Instruments, face à l’inaction des pouvoirs publics contre ces agissements patronaux. En vain mais force est de constater que les choses n’ont que peu bougé dans les faits depuis puisque rien n’est fait sur le plan politique pour contrer ces pratiques patronales scandaleuses. La proposition de loi contre les licenciements boursiers déposée par le groupe Front de Gauche à l’Assemblée Nationale dès juillet n’a toujours pas été mise à l’ordre du jour. Pire, le gouvernement d’annoncer un cadeau de 20 milliards pour le patronat, financés par les familles via la T.V.A. et des taxes écologiques, sous couvert de « compétitivité » cédant ainsi au laïus patronal.

Chacun pourra mesurer où mène cette course aveugle et suicidaire à la « compétitivité », qui fait financer par le contribuable le droit de jouer à la « loterie » du profit, à condition que vous renonciez à tous vos droits pour être taillable et corvéable à merci. Une compétition stérile dont seuls les requins financiers se repaissent mais dont les peuples ont tout à craindre, comme le montre la situation actuelle au sein de l’Union Européenne.

Il est plus qu’urgent d’inverser cette logique de soumission aux diktats de la finance, de se doter des moyens politiques et économiques pour une vraie politique de gauche qui se fonde en premier lieu sur la satisfaction des besoins de nos populations et sur la valorisation de ses savoir-faire. C’est dans cet espoir que le peuple français s’est prononcé en mai dernier.


 

Noël ALBIN - Francis TUJAGUE - Jacques VICTOR

Conseillers Généraux communistes des Alpes-Maritimes

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 12:13

 

LogoCG06

Monsieur le Président,

Chers collègues,

Madame, Monsieur,

 

Pour la troisième année consécutive, nous est présenté un budget en importante diminution – moins 50 millions d’Euros. Dans votre rapport Monsieur le Président vous justifiez cette diminution par la baisse des droits de mutation dont nous avons toujours dénoncé le côté aléatoire ainsi que le risque que représentait leur volume dans nos recettes et par ce que vous appelez pudiquement « l’évolution défavorable des concours de l’État ». Mais cette diminution n’est que le reflet d’une soumission continue au dogme de l’austérité, aggravé par l’asphyxie des finances locales organisé avec votre soutien, par les précédents gouvernements, notamment par un transfert de charges toujours plus lourdes très incomplètement financé. Le désengagement de l’État ne date pas de cette année.

 

Les conséquences se traduisent par une baisse de nos politiques de fonctionnement, ce qui veut dire moins d’interventions dans nos missions de service public, quand bien même vous arguiez d’une « augmentation importante de nos actions sociales ». Les quelques chiffres qui suivent sont là pour témoigner que l’augmentation de certains budgets est plus le fait de compétences qui nous sont imposées que l’expression d’une volonté politique :

 

En premier le R.S.A. qui voit encore se creuser pour 2013 le déficit entre les dépenses supportées par le Département et la compensation de l’État. Mais s’agissant de notre action, un chiffre mérite d’être souligné sur la période qui va de 2010 à 2013. Lorsque pendant cette période le montant des allocations versées a augmenté de 12,6 M€ traduisant les ravages sociaux de la politique que vous avez soutenue au niveau national, les dépenses relatives à l’insertion ont diminuées de près de 8 M€ ! Concernant la politique d’aide aux personnes âgées, et sur deux ans seulement par rapport au BP2011, entre les frais de séjour et l’A.P.A. à domicile la baisse représente 18,37 M€ en moins ! Sur la politique Enfance et Famille la diminution par rapport à 2010 sur la Prévention se chiffre à plus de 2 M€ ; 26,5 M€ de moins sur la même période pour le logement qui, même s’il ne relève pas des compétences départementales, n’en reste pas moins un drame pour toutes les familles cherchant à se loger décemment et une lourde hypothèque sur l’avenir des Alpes-Maritimes ; plus de 3 M€ de baisse encore sur le Budget Sports et Jeunesse par rapport à 2010. Faut-il y ajouter l’éducation – 5,7 M€ soit moins 9%, par rapport à l’année dernière et la baisse du budget de fonctionnement de la solidarité territoriale de près de 1,8 M€ ?

 

Nous voyons bien qu’en ce domaine, il s’agit ni plus ni moins que de l’application des politiques d’austérité que vous avez conduites nationalement ces dix dernières années et qui malheureusement se perpétuent et s’accentuent avec les décisions de l’actuel gouvernement.

Une démonstration entre autres que nos capacités autonomes de gestions sont sacrifiées devant les contraintes de gestions nationales et locales imposées par l’Élysée, Matignon via la Commission Européenne, aggravées qui plus est par l’adoption du Traité d’austérité que vous avez voté avec enthousiasme avec l’actuelle majorité parlementaire à l’Assemblée nationale.

 

Il était légitime de penser qu’à partir du 6 mai les priorités s’inversent. Mais nous ne pouvons que constater comme chaque jour le dogme libéral qui constitue votre référence se perpétue hélas quels que soient les décideurs.

Repost 0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 19:51
logo pcf
Samedi 10 novembre, nous avons dans toute la France enterré l'enterrement du PCF. La journée d'accueil des nouveaux adhérents a été un grand succès et un grand souffle d'espoir. Dans la coupole du Conseil National, une salle pleine à craquer avec des gens debout, de tous horizons, animés tous par une conviction : ce monde ne peut pas continuer ainsi, il faut le changer !
A la fédération à Nice, nous avons aussi rencontrer des nouveaux adhérents et nous avons partcipé aux questions et aux réponses de Paris grâce à la retransmission par internet.
Quel plaisir de voir ces nouveaux adhérents plein d'espoir, plein de vitalité et plein de questions. Tout cela avec beaucoup de fraternité et de convivialité.
Oui le PCF se renouvèle ... Oui il y a de la place pour tout le monde dans notre parti .... Oui tous ces nouveaux doivent porter leurs idées et venir animer notre congrès !
 

Prenez un moment pour lire le discours de Pierre Laurent lors de cette rencontre à Paris.

 

Cécile Dumas

Article de Politis sur la journée
Un autre de l'Humanité

 

Repost 0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 19:33

Pour concrétiser un peu plus encore notre engagement de communiste contre les injustices commises à travers le monde et notre solidarité particulière avec le peuple palestinien sous occupation, la Fédération des Alpes-Maritimes du PCF a décidé de participer à la campagne nationale de l’AFPS de parrainages des prisonniers palestiniens (http://www.france-palestine.org/Parrainer-un-e-prisonnier-e)

 

Environ 4500 prisonniers sont à ce jour détenus dans les prisons israéliennes dont des femmes, des enfants, des personnes âgés et des personnes malades, en toute illégalité au regard du droit international. Ils ont besoin de notre solidarité ! 

 

Ainsi Salah Hamouri, jeune Français Palestinien, libéré en décembre 2011 après 7 ans d’emprisonnement sous l’accusation, sans l’ombre d’une preuve, d’avoir "eu l’intention de projeter" une action à l’encontre d’un rabbin extrémiste et raciste. C’est d’ailleurs Salah Hamouri qui est à l’origine de cette campagne de parrainage car le soutien reçu de l’extérieur a été précieux pour rompre son isolement au moment de sa détention.

 

jamal tirawyLe prisonnier que nous parrainons dès aujourd’hui en tant que PCF des Alpes-Maritimes est Jamal 'Abd al-Hamid Muhammad al-Haj plus connu sous le nom de Jamal at-Tirawi.

 

Cet homme est un représentant démocratiquement élu du peuple palestinien lors des élections de 2006. Elu député, il était le porte parole du groupe Fatah au Conseil Législatif Palestinien. Cet homme, originaire de Naplouse a été enlevé en 2007 lors d’un raid militaire nocturne dans cette ville. Pourtant Naplouse est en principe sous contrôle de l’Autorité palestinienne depuis les accords d’Oslo en 1995.

 

Condamné à 30 ans de prison, Jamal a besoin de notre soutien. Ainsi nous lui écrirons régulièrement et multiplierons les initiatives en faveur de sa libération.

 

Au-delà ce cette situation individuelle, nous continuerons notre combat pour la justice et le droit en Palestine et notamment pour qu’un Etat Palestinien siège enfin à l’ONU. Pendant combien de temps encore la France officielle restera-t-elle silencieuse et inactive devant un tel mépris du droit et de la justice ?

 

 

 

Philippe PELLEGRINI

Responsable des questions Internationales auprès du PCF 06

Repost 0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 13:17

4583866-6863796.jpgAlors que la délégation de service public arrive prochainement à son terme, la reprise en régie publique de la ligne Nice-Digne est annoncée. Depuis plus de 50 ans, cette ligne est régulièrement remise en cause et menacée de fermeture et elle constitue aujourd'hui la dernière ligne en fonction de l'ancien réseau des Chemins de fer du Sud.

C'est Gérard Piel, président du groupe Front de Gauche au Conseil Régional PACA qui a annoncé la bonne nouvelle pour les populations et les personnels de CP : "Le 29 octobre, une délibération du conseil Régional PACA va lancer le processus pour une réappropriation publique de la ligne Nice-Digne. Après beaucoup de débats, avec conviction, le groupe Front de Gauche a obtenu cette belle victoire ! En tant que président du comité de ligne, je vais rapidement réunir les associations d'usagers et les syndicats de cheminots afin que nous avancions collectivement et que la fin de la gestion de Véolia se passe naturellement".

Repost 0

Présentation

  • : pcf nice nord
  • pcf nice nord
  • : L'action du pcf dans les quartiers du centre et du nord de Nice, les réactions du parti communiste à l'actualité, aux mauvais coups du duo Estrosi Ciotti. Ce blog nous sert également à exprimer notre solidarité avec les progressistes du monde entier et en particulier avec ceux du bassin méditerranéen de la palestine occupée au portugal en passant par le maghreb et l'italie, notre proche voisine.
  • Contact

Rendez vous

Avenir du Ray : Réunion publique avec les élus communistes Mercredi 2 Octobre de 18h à 20h CAL Gorbella - 65 bd Gorbella 06100 Nice

Recherche

Catégories