Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 15:09

Les experts et personnalités du Tribunal Russell (tribunal d’initiative citoyenne) sur la Palestine investiguaient la question de la complicité des entreprises dans les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire par l’Etat d’Israël.

 

Douze entreprises étaient passées au crible pour leurs investissements dans les colonies israéliennes et l’occupation des territoires palestiniens. Les secteurs concernés sont, par exemple, la fourniture de services et d’infrastructures dans les colonies, l’équipement d’Israël avec du matériel militaire, d’occupation et de répression. L’exportation de produits agricoles venant des territoires occupés est également pointés du doigt, tout comme le financement par des banques de colonies de peuplement israélienne. De tels investissements signifient l’acceptation de la politique israélienne.

Dexia a investi plus 1080_NpAdvHover.jpgde 45 millions d’euros

Parmi les plus connues, on peut citer la banque franco-belge Dexia, la multinationale française Veolia Environnement, le groupe industriel américain dans la construction Caterpillar et la société anglo-danoise G4S (Group 4 Security).

 

Mario Franssen, d’intal et porte-parole de la campagne « Palestine occupée, Dexia impliquée », a démontré devant le tribunal la complicité de Dexia pour l’investissement dans les colonies. En 2001, Dexia prend le contrôle de la banque israélienne « Otzar Hashilton Hamekomi » et ouvre donc une filiale Dexia–Israël. Depuis lors, le financement de la construction de colonies s’élèvent à plus de 45 millions d’euros de prêts. « Ces financements sont prouvés par des documents disponibles au Parlement israélien, la Knesset. Dexia ne les a jamais nié », nous raconte Mario.

 

En 2008 et 2009, Dexia a financé 12 nouvelles implantations de colonies via des prêts hypothécaires. Et ce chiffre ne concerne que les financements publiquement connus. En somme, Dexia viole donc son code éthique qui lui enjoint « d’assurer qu’ils ne soit pas complice de violation des droits de l’homme ».

 

D’autres entreprises ont été jugées coupables. Bien qu’invitée, elles n’ont pas souhaité s’expliquer devant le tribunal Russell. Parmi elles, Veolia, une entreprise française, qui construit une ligne de tramway entre Jérusalem-Ouest et une colonie. La filiale belge de Veolia, Aquiris, est notamment connue pour la pollution des eaux de la Senne à Bruxelles pendant 11 jours fin 2009.

 

Les bulldozers du géant de la construction Caterpillar sont utilisés régulièrement pour la destruction de maisons palestiniennes. Le mercredi 24 novembre, des maisons palestiniennes ont encore été détruites. Finalement, G4S, présente en Belgique également avec 5 000 employés, met à disposition de l’armée israélienne de l’équipement et du matériel d’entretien utilisés aux check-points.

 

Les liens des entreprises à la colonisation israélienne montrent également la complicité des Etats, des régions et des communes indirectement. Le cas Dexia en est l’exemple-type.

 

Pourcentage d’actions dans Dexia : le « holding communal » (14,8%) ; le gouvernement belge (5,7%) ; le gouvernement français (5,7%) ; les 3 régions belges ensemble (5,7%) ; la caisse des dépôts en consignations française (17,6%)

 

Au total, 49,5% des actions sont détenues par des actionnaires publics. Le cas Veolia est similaire, où la caisse des dépôts et consignations française détient 9,6% de l’entreprise. Quand les Etats ne le font pas, c’est aux citoyens de faire respecter le droit.

 

 

 

 

1. Jury du tribunal Russell : Stéphane Hessel, ambassadeur de France ; Mairead Corrigan Maguire, Prix Nobel de la Paix 1976, Irlande du Nord ; John Dugard, Professeur de Droit International, Afrique du Sud ; Lord Anthony Gifford, avocat, Grande-Bretagne ; Ronald Kasrils, auteur et activiste, Afrique du Sud ; Michael Mansfield, avocat, Grande-Bretagne ; José Antonio Martin Pallin, juge émérite à la Cour Suprême, Espagne ; Cynthia McKinney, ancienne membre du Congrès Américain, candidate présidentielle pour le Green Party en 2008, USA.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : pcf nice nord
  • pcf nice nord
  • : L'action du pcf dans les quartiers du centre et du nord de Nice, les réactions du parti communiste à l'actualité, aux mauvais coups du duo Estrosi Ciotti. Ce blog nous sert également à exprimer notre solidarité avec les progressistes du monde entier et en particulier avec ceux du bassin méditerranéen de la palestine occupée au portugal en passant par le maghreb et l'italie, notre proche voisine.
  • Contact

Rendez vous

Avenir du Ray : Réunion publique avec les élus communistes Mercredi 2 Octobre de 18h à 20h CAL Gorbella - 65 bd Gorbella 06100 Nice

Recherche

Catégories