Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 15:34

eternit.jpg


L’amiante, ses morts, mais aussi la répression contre des travailleurs qui en ont été victimes ou qui l’ont dénoncée, c’est aussi en France, et encore aujourd’hui. Voyez l’article paru cette semaine sur « Eric, licencié pour avoir dénoncé l’amiante » en fin de ce message d’invitation.

Mais c’est aussi en Italie le procès qui s’est ouvert après les milliers de morts qui ont marqué la ville de Casale Monferrato.

 


" L'AMIANTE  EN ACCUSATION "

A l'heure ou à TURIN s'est ouvert le procès des dirigeants d'ETERNIT rencontre débat avec
DANIELLE  DE MARCH-RONCO
Ancienne vice-présidente du Parlement européen.

Auteure du livre : "CLARA ET LES POUSSIÈRES BLEUES "

 

Un livre qui parle de cet "Hiroshima invisible"

"AUX  JEUDIS  DU PATRIOTE"
JEUDI 28  JANVIER à  18 h 30
Faculté SAINT JEAN D'ANGELY

NICE ST ROCH

(Arrêt tram St Jean d'Angély)

( n’hésitez pas à faire circuler cette invitation. Merci)

 

Document : C’est en France, et c’est aujourd’hui !


Éric, licencié pour avoir dénoncé l’amiante

Parce qu’il a fait intervenir l’inspection du travail après la découverte d’amiante dans un centre d’hémodialyse, la direction s’acharne contre lui


Montpellier (Hérault), correspondance.


On annonce 100 000 morts à venir. L’exposition à l’amiante est l’une des catastrophes sanitaires des plus dramatiques mais beaucoup d’entreprises refusent d’en endosser la responsabilité… Victime collatérale, Éric Lacoste, quarante-deux ans, technicien biomédical, a été licencié du Centre d’hémodialyse Languedoc méditerranéen (CHLM), appartenant au groupe allemand Fresenius, qui brasse de colossaux bénéfices. Délégué CGT au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, le syndicaliste a eu l’outrecuidance de faire intervenir l’inspection du travail après la découverte d’amiante dans les faux plafonds de la clinique de Montpellier.

Que lui reproche-t-on ? Officiellement, d’avoir eu une altercation avec un collègue. Mais son engagement syndical, de même que sa demande de mettre en place un suivi des salariés qui auraient pu être en contact avec les poussières d’amiante ont mis le feu aux poudres. Surprenant pour une société qui écrit sur son site Internet que, « partout dans le monde », Fresenius « prend soin de la vie »… « Tout a commencé en 2005 », nous a expliqué Éric, quelques minutes avant d’entrer au conseil des prud’hommes, hier, à Montpellier. « J’étais secrétaire du CHSCT et j’ai été alerté qu’en cours de travaux, de l’amiante avait été découvert dans les faux plafonds. J’ai fait intervenir l’inspection du travail. » Le chantier a été évidemment stoppé. « Le CHSCT a approuvé nos propositions et a demandé une expertise. La convention amiante que j’avais proposée a été présentée au comité d’entreprise en septembre 2007 et acceptée. Quelques jours plus tard, la direction lançait une première procédure de licenciement à mon encontre. » Procédure refusée par l’inspection du travail : la ficelle était un peu grosse…

Éric a depuis été réintégré. Mais c’était sans compter avec la hargne du groupe, qui n’a pas hésité à lancer une deuxième procédure, de nouveau refusée. La direction a alors introduit un recours auprès du ministère du Travail, qui a diligenté une enquête auprès de ses services départementaux. Nous sommes en mars 2008. L’enquête a logiquement conclu que le lien était clairement établi entre les actions du syndicaliste en rapport avec l’amiante et son licenciement. Pourtant, retournement de situation : en juin, le ministre du Travail a autorisé le licenciement ! Éric Lacoste déposa alors un recours au tribunal administratif pour annuler la décision du ministre, saisissant le tribunal des prud’hommes pour demander la nullité du licenciement et sa réintégration. L’audience a eu lieu hier. Le jugement a été mis en délibéré pour le 11 février. Entre-temps, Fresenius a fait démolir sa clinique de Montpellier et s’est installé à Castelnau, localité voisine.


ÉLOI MARTINEZ (L’Humanité 22 janvier 2010)

 

A noter à Albi, 21 anciens salariés d’Eternit viennent d’obtenir cette semaine de 4500 à 65000 euros d’indemnité, le « lien de causalité » entre leur état de santé et l’exposition à l’amiante venant d’être reconnu au Prud’hommes

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Nice
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : pcf nice nord
  • pcf nice nord
  • : L'action du pcf dans les quartiers du centre et du nord de Nice, les réactions du parti communiste à l'actualité, aux mauvais coups du duo Estrosi Ciotti. Ce blog nous sert également à exprimer notre solidarité avec les progressistes du monde entier et en particulier avec ceux du bassin méditerranéen de la palestine occupée au portugal en passant par le maghreb et l'italie, notre proche voisine.
  • Contact

Rendez vous

Avenir du Ray : Réunion publique avec les élus communistes Mercredi 2 Octobre de 18h à 20h CAL Gorbella - 65 bd Gorbella 06100 Nice

Recherche

Catégories