Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 20:58

1737234-2353651Ce dimanche, les assises citoyennes accueillent nombre d’acteurs politiques, syndicaux et associatifs, « pour changer de cap ». Un rendez-vous qui s’inscrit dans un calendrier chargé d’austérité, alors que le débat grandit à gauche.


Sous la forme d’écrans noirs et de silences radio en Grèce, les conséquences de l’austérité s’étalent à la une des journaux. Une politique contre laquelle s’élèvent des voix de plus en plus nombreuses à gauche, en France. C’est en vue de les rassembler que le PCF, puis le Front de gauche, ont proposé la tenue d’assises citoyennes, « pour changer de cap en France et en Europe », ce dimanche, à partir de 9 h 30, à la halle Marcel-Dufriche (1) de Montreuil (Seine-Saint-Denis) (voir le programme ci-contre). Une invitation à laquelle ont répondu nombre de formations et de responsables politiques, syndicaux, associatifs, d’économistes. Europe Écologie-les Verts (EELV), une partie de l’aile gauche du PS, le NPA, les différentes composantes du Front de gauche… la diversité des forces politiques est assez rare pour être soulignée. Elle pourrait, espère le Front de gauche, constituer la base d’une autre majorité à gauche, capable d’imposer un autre cap.

 

Et pour cause, ce débat s’inscrit dans une actualité brûlante. Dès vendredi, le rapport Moreau, proposant des pistes de réformes du système de retraites, doit être remis au gouvernement. Certaines ont déjà filtré – allongement de la durée de cotisation, alignement des régimes publics sur le privé, etc. – et, dès à présent, les syndicats qui s’étaient déjà opposés à la loi transposant l’accord national interprofessionnel (ANI) de flexibilisation de l’emploi et qui, pour certains, seront présents dimanche, sont vent debout. L’inquiétude monte d’autant plus à gauche que cette réforme prend place dans un ordre du jour recommandé par Bruxelles qui, contre deux années supplémentaires pour réduire à 3 % du PIB le déficit public français, exige des « réformes structurelles ». Et que la droite et l’extrême droite pourraient tirer parti d’un contexte social dégradé.

 

Au PS aussi, des voix contre l’austérité

 

Un cap européen qui, lui non plus, ne laisse pas indifférent à gauche. À l’heure du marché transatlantique et à quelques jours du prochain sommet européen des 27 et 28 juin, la préparation de la convention du Parti socialiste sur l’Europe, qui se tient le même jour que les assises citoyennes, le démontre. Si un document de synthèse a finalement été négocié (voir page 6), l’aile gauche du PS comme les ex-strauss-kahniens de la Gauche populaire ont, cette semaine, donné de la voix contre l’austérité.

 

Ces résistances ne datent pas d’aujourd’hui. Tant du côté du Front de gauche, avec la manifestation en septembre 2012 contre le traité budgétaire européen, l’opposition au pacte de compétitivité, à l’ANI, la marche du 5 mai contre l’austérité et pour une VIe République. Et jusqu’au sein de la majorité gouvernementale, avec, entre autres, l’opposition plus ou moins franche de certains ministres aux coupes claires, lorsque le premier ministre annonçait, en mars, 5 milliards d’économies supplémentaires. « On est au maximum de ce qu’on peut faire en matière d’économies », estimait Delphine Batho, tandis que Cécile Duflot rétorquait : « La réponse à la situation financière de la France ne peut se réduire uniquement à tailler dans les dépenses. »

 

Si des convergences semblent se dessiner sur le fond, la stratégie suivie jusqu’ici par les différentes forces en présence aux assises diffère. « Pour pouvoir changer de cap, il faut être aux commandes ! » a encore affirmé, mercredi, à l’AFP, le secrétaire national d’EELV, Pascal Durand. Tandis que, pour le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, sur France Inter dimanche dernier : « Si nous donnons de nouveau le sentiment que nous sommes en train de (nous) accorder avec les socialistes, (…) nous serons balayés comme eux. » En tout état de cause, le respect des positions de chacun, comme des différentes appartenances (politique, syndicale, associative), est au cœur de la démarche, assurent les organisateurs. L’objectif affiché de ce rendez-vous est dès lors de rassembler et de mobiliser autour d’alternatives à l’austérité construites en commun. « Le 16 juin peut marquer le début d’une remise en mouvement collective, convergente, des forces sociales et politiques qui veulent tourner la page de l’austérité et construire une sortie de crise par la gauche », estime le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, qui y voit « une étape » dans un « processus de longue haleine, fait de rendez-vous politiques et de mobilisations sociales ».

 

 

 

(1) 128, rue de Paris, métro Robespierre.

Partager cet article

Repost 0
Published by pcf nice nord - dans Politique nationale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : pcf nice nord
  • pcf nice nord
  • : L'action du pcf dans les quartiers du centre et du nord de Nice, les réactions du parti communiste à l'actualité, aux mauvais coups du duo Estrosi Ciotti. Ce blog nous sert également à exprimer notre solidarité avec les progressistes du monde entier et en particulier avec ceux du bassin méditerranéen de la palestine occupée au portugal en passant par le maghreb et l'italie, notre proche voisine.
  • Contact

Rendez vous

Avenir du Ray : Réunion publique avec les élus communistes Mercredi 2 Octobre de 18h à 20h CAL Gorbella - 65 bd Gorbella 06100 Nice

Recherche

Catégories